Editorial

Juillet-Août 2018

 

            Donald Trump, encore lui… Celui que le prix Nobel d’économie Paul Krugman a qualifié dans le New York Times de « Worst human being ever to hold his position » continue à frapper dans tous les sens, amis comme ennemis. Après l’acier et l’aluminium, il s’attaque maintenant aux automobiles allemandes sans oublier ses obsessions chinoises et iraniennes. Le temps est venu des rétorsions qui touchent en priorité les produits agricoles, le soja et le porc bien sûr pour la Chine, mais aussi les amandes et les pois chiches pour l’Inde, le porc pour le Mexique, le riz, le maïs et même le bourbon pour l’UE. À partir de juillet, on va peu à peu passer des menaces aux mesures concrètes qui ne manquent pas de perturber les flux d’échanges comme c’est déjà le cas pour le soja qui est de loin le plus gros sujet ($ 12 milliards d’importations chinoises). Il n’est même pas certain que notre incorrigible tweeteur marque quelque pause estivale.

 

            L’autre actualité, c’est bien sûr le pétrole avec la décision de l’OPEP (ou plutôt de l’Arabie Saoudite et de la Russie) d’augmenter de 1 mbj la production du cartel et de ses alliés. L’Iran a dû accepter sur les conseils amicaux de son ami russe. Pour les semaines à venir, c’est l’Arabie Saoudite, seule à vraiment disposer de capacités supplémentaires, qui va mener le jeu et qui va gérer le marché avec probablement un objectif de $ 70 le baril.

 

            Le temps des moissons dans l’hémisphère nord apporte quelques bonnes nouvelles sur les marchés céréaliers : forte baisse en Russie, en Égypte et même dans le Maghreb, des prévisions en baisse aussi dans l’hémisphère sud de l’Australie à l’Amérique latine. Par contre, un produit agricole se distingue par ses cours toujours aussi déprimés : le sucre ce qui tombe bien mal pour la première année sans quotas européens.

 

           À Bruxelles justement, les débats sont ouverts sur l’avenir de la Politique agricole commune dont les menaces de renationalisation inquiètent à juste raison.

 

           Au chapitre des hausses, mentionnons dans le désordre le charbon vapeur et le gaz naturel, l’acier, le coton, le bois de construction aux États-Unis et… le saumon !

 

           Bel été aux amis de CyclOpe

 

Philippe Chalmin

 

 

> Abonnez vous à la synthèse mensuelle