Editorial

Avril 2017

 

       Les marchés sont-ils en train d’oublier leur fièvre hivernale ? Sur le front pétrolier, la ligne des $ 50 le baril reste solide malgré le dégagement d’une bonne partie des positions « longues » détenues par des investisseurs et des fonds. Mais il ne faut plus songer à $ 60 tant le marché physique en Asie est largement approvisionné. Certes l’OPEP tient ses engagements (à 95 %), les NOPEP un peu moins, mais il faut tenir compte du poids des stocks. Au-delà, la prévision de CyclOpe faire en janvier d’un prix moyen du Brent de $ 55 le baril reste valide.

 

Sur le front des minerais (charbon et fer), le reflux est aussi perceptible, et cela malgré l’importance des achats chinois. Pour les métaux, la fin des grèves chiliennes et le retour des minerais indonésiens pourraient se traduire là aussi par un réajustement.

 

Quant aux produits agricoles, la tendance reste à la baisse au fil de nouvelles évaluations de la campagne 2016-2017 (plus de 3,1 milliards de tonnes de grains !) et des intentions d’emblavements aux États-Unis qui pénalise notamment le soja. Mais c’est pour le cacao que le temps est le plus difficile en particulier en Côte d’Ivoire avec une manifeste « malgouvernance » de la filière.

 

Cet éditorial est écrit depuis Kiev en Ukraine où CyclOpe participait à la Black Sea Grain Conference. L’Ukraine est un pays fascinant qui n’a pas vraiment réussi ses vingt-cinq premières années d’indépendance, qui se bat toujours pour son indépendance énergétique face à la Russie, mais dont le dynamisme agricole est exceptionnel : les grains pèsent 40 % des exportations ukrainiennes et 12 % du PIB du pays. Le « fob Odessa » est redevenu une référence sur les marchés mondiaux.

 

Enfin, CyclOpe 2017, le trente et unième rapport est au stade du « bon à tirer ». Sa présentation aura lieu le 15 mai 2017 à Paris.

 

Cette année, le titre en est emprunté à un roman de Pearl Buck (1930) : « Vent d’Est, Vent d’Ouest ». Au moment même où Donald Trump accueille Xi Jinping dans son « resort » de Floride, ce titre résume bien les tensions que vit la planète !

 

 

Philippe Chalmin

 

> Abonnez vous à la synthèse mensuelle