Brèves de marchés

Février 2019

 

D’après l’ICSG, le marché du cuivre a été en déficit de 545 000 tonnes sur les dix premiers mois de 2018 sur une production mondiale de 20,18 Mt.

 

D’après l’analyste Green Pool, le marché mondial du sucre serait déficitaire de 1,36 Mt en 2019/2020 après un excédent de 2,64 Mt en 2018/2019 et de 19,60 Mt en 2017/2018. Dès 2019/2020, la production indienne diminuerait à moins de 30 Mt contre 33,5 Mt en 2018/2019.

 

La production de pétrole de l’OPEP a diminué en janvier de 890 000 bj par rapport à décembre à 30,98 mbj. L’Arabie Saoudite a réduit sa production de 350 000 bj. Par contre, en novembre la production américaine a battu un nouveau record à 11,9 mbj, une augmentation de 345 000 bj sur octobre. Une enquête de Reuters auprès des analystes donne un prix moyen du Brent en 2019 à $ 67,32.

 

Le monde a « consommé » en 2018, 4345 tonnes d’or (4157 tonnes en 2017). Les banques centrales en ont acheté 651 tonnes (+ 74 %), le plus haut niveau depuis 1967 ! La joaillerie a représenté 2 200 tonnes, l’investissement 1 090 tonnes (dont 62 tonnes achetées en… Iran !). Les fonds ETF n’ont représenté que 70 tonnes. L’offre d’or a représenté 4 490 tonnes. (WGC)

 

D’après Wood Mackenzie, la production de fonte de nickel (NPI) devrait atteindre 840 000 tonnes en 2019 en hausse de 12 %. En termes de métal contenu, la production indonésienne serait de 770 000 tonnes approvisionnant la production locale de fonte de nickel pour l’essentiel sous contrôle chinois. Néanmoins, un autre analyste anticipe un déficit mondial de nickel en 2019 de 96 000 tonnes après 129 000 tonnes en 2018.

 

L’Australie prévoit d’exporter 77 Mt de GNL en 2019 devenant le premier exportateur mondial devant le Qatar qui reprendrait son rang en 2023 avec 105 Mt devant les États-Unis et l’Australie. En attendant, les prix du GNL ont fortement chuté à moins de $ 8/mbtu.

 

Warren Buffett investit dans le lithium à partir d’installations géothermiques en Californie.

 

En janvier, les États-Unis sont devenus le premier fournisseur de pétrole du Royaume-Uni pour la première fois depuis… 1956 et la crise de Suez, à 264 000 bj.

 

D’après l’IGC, le monde devrait produire en 2018/2019 un record de 363 Mt de soja, légèrement inférieur aux prévisions de novembre du fait de la sécheresse au Brésil.

 

La forte hausse des prix du blé russe offre des perspectives aux autres origines sur le marché égyptien. Les Etats-Unis pourraient ainsi exporter plus de 1,5 Mt.

 

Les importations de pétrole du Japon ont été les plus faibles depuis quarante ans en 2018 à 3 mbj.

 

Les États-Unis ont « presque » décrété un embargo sur le pétrole vénézuélien. Les compagnies américaines peuvent toujours en acheter, mais les paiements devront être versés sur un compte bloqué (à l’exception des cargaisons achetées par le raffineur Citgo, le huitième raffineur américain, propriété du gouvernement vénézuélien, et sous administration provisoire). Il y a de fortes chances que le Vénézuéla cherche de nouveaux débouchés pour les 500 000 bj qu’il écoule encore sur le marché américain. Mais comme dans le cas de l’Iran, les sanctions américaines sur le Vénézuéla peuvent être extraterritoriales et limiter notamment le rôle des intermédiaires.

 

À la suite de la catastrophe provoquée par la rupture d’un barrage, Vale a annoncé l’arrêt de production autour de dix autres barrages de même nature, ce qui affecterait 10 % de la production de minerai de fer.

 

Un sondage réalisé par Reuters donne en 2019 un prix moyen du palladium de $ 1 200 l’once (exactement la prévision de CyclOpe), de $ 1 305 pour l’or ($ 1 290 pour CyclOpe), de $ 856 pour le platine ($ 850 pour Cyclope).

 

La Commission européenne a validé jusqu’en juillet 2021 l’utilisation de soja américain comme biocarburant en Europe. En 2018, 400 000 tonnes d’huile de soja ont été utilisées en Europe comme biocarburants contre 5,9 Mt d’huile de colza.

 

La production de pétrole de l’OPEP a diminué en janvier de 890 000 bj par rapport à décembre à 30,98 mbj. L’Arabie Saoudite a réduit sa production de 350 000 bj. Par contre, en novembre la production américaine a battu un nouveau record à 11,9 mbj, une augmentation de 345 000 bj sur octobre. Une enquête de Reuters auprès des analystes donne un prix moyen du Brent en 2019 à $ 67,32.

 

En 2018, la Chine a importé en moyenne 9,24 mbj de pétrole (+ 10 %) avec les deux derniers mois de l’année au-dessus de 10 mbj. L’augmentation des importations chinoises représente 846 000 bj, l’équivalent de la consommation des Pays-Bas ? Ceci étant, la Chine a battu aussi un record d’exportation de produits pétroliers (58 Mt soit une hausse de 12 %) qui représentent l’équivalent de 15 % des importations. La Russie avec 1,43 mbj a été le premier fournisseur de la Chine devant l’Arabie Saoudite (1,13 mbj) et l’Iran (585 000 bj). Les importations de gaz naturel ont augmenté de 32 % à 90,4 Mt faisant de la Chine le premier importateur mondial. La Chine a aussi importé 281 Mt de charbon, au plus haut depuis quatre ans (+ 4 %).

 

Par contre, la Chine a diminué ses importations de soja de 8 % à 88 Mt. En décembre, la Chine n’a importé que du soja brésilien. Sur l’ensemble de l’année, la Chine n’a importé que 16,6 Mt des États-Unis, la moitié de 2017. La Chine a aussi réduit de moitié ses importations de viande de porc (263 000 t.).

 

Parmi les métaux, les importations chinoises de cuivre ont augmenté de 12,9 % en 2018 à 5,3 Mt grâce à la diminution d’importation de déchets de métaux non ferreux. Les importations de concentré ont augmenté de 13,7 % à 19,7 Mt. Par contre, les importations de minerai de fer ont diminué pour la première fois depuis 2010 à 1 064 Mt (– 1 %).

 

À la mi-janvier, trois tankers chargés de pétrole brut américain faisaient route vers la Chine, les premiers achats chinois depuis trois mois qui font suite aux achats de soja en décembre.

 

En 2018, la valeur totale des transactions sur les marchés du carbone a augmenté de 250 % à € 144 milliards. Le marché européen en représente 90 % et les États-Unis 9 %.

 

Contrairement aux prévisions de CyclOpe, un sondage réalisé par Reuters anticipé une hausse en 2019 des prix de l’huile de palme (+ 3 % à $ 590 la tonne) en tablant sur l’augmentation de la demande de biodiesel.